Cinq logiciels open source pour créer son propre cloud


L’informatique en nuage a le vent en poupe. Pas un jour ne passe sans qu’un éditeur ne présente une nouvelle offre. Pour ceux qui souhaitent créer eux-mêmes leur infrastructure cloud (Iaas) – que ce soit pour des raisons de sécurité, de coût ou de dépendance vis-à-vis d’un fournisseur –, il existe désormais un certain nombre de solutions open source. Nous en avons sélectionné cinq :

Eucalyptus

Issue d’un projet de recherche de l’université de Californie, cette plate-forme cloud open source est certainement la plus connue, car intégrée dans Ubuntu Server et Debian. Ecrite en C, Java et Python, elle permet de créer des clouds Iaas (Infrastructure as a service) de type privé ou hybride, supporte des machines virtuelles Linux ainsi que les hyperviseurs Xen et KVM. Par ailleurs, elle est compatible avec EC2 d’Amazon. Il existe également une version propriétaire commercialisée par la société Eucalyptus Systems. Il apporte des fonctionnalités supplémentaires comme le support de VMware, celui des machines virtuelles Windows et l’intégration SAN.

OpenNebula

Cette plateforme purement open source permet de déployer des clouds privés, hybrides et publics. Ecrite en C++, Ruby et Shell, elle supporte les hyperviseurs Xen, KVM et VMware. Le support de Virtualbox est prévu. Comme Eucalyptus, elle permet de s’interfacer avec le cloud d’Amazon, EC2. Le projet est publié sous licence Apache 2.0. Par ailleurs, OpenNebula est soutenu par le projet européen Reservoir, qui propose une architecture complète pour la gestion de datacenters et la création de services cloud.

OpenStack

Créé en juillet 2010 par la Nasa et l’hébergeur américain Rackspace, ce projet purement open source est l’un des plus récents. Pour l’instant, la plate-forme n’est disponible qu’en version Developer Preview. Les premières versions définitives sont prévues d’ici à quelques semaines. Le développement se concentre à ce jour sur deux modules : Compute, pour la création de machines virtuelles, et Object Storage, pour le stockage de données. Plus de 30 fournisseurs soutiennent ce projet, dont AMD, Intel, Dell et Citrix. Openstack devrait également être intégré dans les prochaines versions d’Ubuntu, à côté d’Eucalyptus.

Niftyname

Seul projet d’origine française, la plate-forme Niftyname a été créée par l’hébergeur Ielo. Elle est diffusée sous licence GPLv3. Articulée autour d’un système de gestion écrit en Python, elle supporte l’hyperviseur KVM et permet de créer des machines virtuelles Windows, Linux, BSD et Solaris. Elle sait également gérer les fonctionnalités de stockage et de réseaux associés à ces machines.

Nimbus

Issu du monde de la recherche, Nimbus permet de déployer un cloud de type Iaas. Diffusée sous licence Apache 2.0, cette plate-forme supporte les hyperviseurs Xen et KVM, et peut s’interfacer avec le cloud d’Amazon, EC2. Elle est associée à autre projet, baptisé Cumulus, qui permet de déployer des services de stockage en cloud, compatible avec le service Amazon S3. Nimbus a été déployé, entre autres, par un réseau d’universités américaines qui proposent des clouds en libre accès pour des projets de recherche.
Si vous avez testé une ou plusieurs de ces plates-formes, nous serions ravis de recueillir votre témoignage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s